MaPrimeRénov’ : réaliser des travaux de rénovation énergétique

Mise en place en janvier 2020 pour remplacer le CITE et les aides Habiter Mieux Agilité de l'Anah, MaPrimeRénov' permet aux ménages propriétaires les plus modestes de réaliser plus facilement des travaux de rénovation énergétique dans leur logement. Complémentaire à la loi denormandie nous vous expliquons comment les deux dispositifs fonctionnent ensemble.

Accueil / MaPrimeRénov’ : réaliser des travaux de rénovation énergétique

Entreprendre des travaux de rénovation énergétique : les avantages et les inconvénients

Se lancer dans des travaux de rénovation énergétique au sein de son logement présente de très nombreux avantages, tant pour l’environnement que pour la qualité de vie de ses habitants.

Cela permet, en effet, dans un premier temps, d’agir contre la pollution, en réduisant notamment les émissions de CO2 du logement dans l’air. Mais les travaux de rénovation permettent aussi à l’occupant du logement de réaliser de belles économies d’énergie, et donc, de faire baisser la facture. Outre un confort de vie nettement amélioré, ces aménagements et travaux permettront également au propriétaire de donner plus de valeur à son bien, et ainsi, de réaliser une plus-value bien plus intéressante au moment de la revente.

Point noir de cette démarche : le coût des travaux qui peut vite s’avérer être trop élevé pour le budget d’un ménage. Mais pas de panique, pour remédier à cela, le gouvernement a mis en place des aides, et notamment MaPrimeRenov’. Ce dispositif permet ainsi aux plus modestes de bénéficier d’un coup de pouce non-négligeable pour améliorer son logement.

Le fonctionnement de MaPrimeRenov’

Une prime pour la rénovation énergétique

Depuis le 1er janvier 2020, les foyers les plus modestes ont accès à l’aide à la rénovation MaPrimeRenov’. Pour cette première année, le dispositif ne concerne cependant que les propriétaires occupant leur bien. Ce n’est qu’à partir du 1er janvier 2021 que le dispositif sera également accessible aux propriétaires-bailleurs.

Pour bénéficier de l’aide MaPrimeRénov’, les propriétaires doivent répondre à des conditions de ressources fixées par la loi, qui diffèrent en fonction que le bien se situe en Île-de-France ou sur le reste du territoire français.

  • En Île-de-France :
Personnes composant le ménageRessources très modestesRessources modestes
120 593 €25 068 €
230 225 €36 792 €
336 297 €44 188 €
442 381 €51 597 €
548 488 €59 026 €
Personne supplémentaire+ 6 096 €+ 7 422 €
  • Dans les autres régions :
Personnes composant le ménageRessources très modestesRessources modestes
114 879 €19 074 €
221 760 €27 896 €
326 170 €33 547 €
430 572 €39 192 €
534 993 €44 860 €
Personne supplémentaire+ 4 412 €+ 5 651 €

Les travaux pris en charge sont également bien spécifiques. En effet, que le logement concerné soit une maison individuelle ou un appartement, l’objectif de cette prime est d’aider les propriétaires à améliorer les performances énergétiques de leur bien. Il est donc évident que tous les travaux ne sont pas pris en charge par le dispositif. Quatre catégories de travaux pourront ainsi être éligibles : les audits énergétiques, les travaux de chauffage, les travaux d’isolation et, enfin, ceux concernant la ventilation du logement. Par ailleurs, dans le cadre de l’aide MaPrimeRénov’, tous les travaux devront être réalisés par des entreprises certifiées RGE pour être éligibles.

Concernant le montant pris en charge pour ces travaux, il pourra aller jusqu’à 20 000 € sur 5 ans maximum, en fonction des ressources du propriétaire, des travaux réalisés, ainsi que des matériaux et équipements choisis.

Remplacement progressif du CITE (crédit d’impôt à la transition énergétique)

Lancée en janvier 2020, MaPrimeRénov’ vient en fait remplacer deux aides existantes, à savoir le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique) et les aides Habiter Mieux Agilité délivrées par l’Anah.

Uniquement destinée aux propriétaires modestes occupant leur bien pour 2020, MaPrimeRénov’ s’étendra plus largement dès 2021 à d’autres foyers. D’ici là, et jusqu’au 31 décembre 2020, reste en place une sorte de CITE transitoire, dont peuvent continuer à bénéficier les propriétaires dépassant par exemple les plafonds de ressources de MaPrimeRénov’.

Questions / réponses

Peut-on bénéficier de la prime Renov’ avec le dispositif Denormandie ?

MaPrimeRénov’ est effectivement cumulable avec différents dispositifs et aides permettant de compléter les travaux à effectuer dans le logement. Le dispositif Denormandie fait bien partie de ceux-là.

Qui est Julien Denormandie ?

Julien Denormandie MaPrimeRenov
© AFP / Ludovic Marin

Proche d’Emmanuel Macron, Julien Denormandie participe même à la création du mouvement politique En Marche !, puis c’est en juin 2017 qu’il rejoindra finalement le gouvernement en tant que secrétaire d’état auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard. C’est ainsi qu’il entamera ses actions autour de la thématique du logement, en présentant notamment le plan logement établi pour toute la durée du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Depuis le mois d’octobre 2018, à la suite du remaniement ministériel, Julien Denormandie prend les fonctions de ministre délégué auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement. Il lancera notamment en 2018 le dispositif Denormandie, incitant les propriétaires souhaitant investir dans le locatif à rénover des biens dans les villes moyennes délaissées.

Début 2020, il sera également à l’initiative, avec Emmanuelle Wargon, du lancement de MaPrimeRénov’.

Qui est Emmanuelle Wargon ?

Emmanuelle Wargon MaPrimeRenov
© M. Bouquet/Terra

Ayant entamé sa carrière politique auprès de Bernard Kouchner, alors ministre délégué à la santé, en 2001, Emmanuelle Wargon va bâtir sa carrière en évoluant dans ce domaine durant une dizaine d’années.
En 2015, elle quittera cependant ses fonctions politiques pour rejoindre le privé en devenant Directrice générale en charge de la responsabilité d’entreprise, des affaires publiques et de la communication du groupe Danone.
C’est en octobre 2018, alors qu’elle est toujours en poste, qu’elle sera rappelée pour intégrer le gouvernement Philippe II en tant que secrétaire d’état auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy. Suite au départ du gouvernement de ce dernier, elle continuera son actions auprès de la nouvelle ministre en charge, d’Elisabeth Borne.

Le 8 janvier 2020, c’est elle qui, avec Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, lancera le nouveau dispositif MaPrimeRénov’.

En savoir plus sur la loi Denormandie